LATEST VIDEO

Ottawa Sportspage: Celebrating 5 Years!

See video

LATEST UPDATES

Club Profile


L’entraîneur de volley des Rebelles poursuit sa passion jusqu’à l’Équipe Canada
Updated On: May 8, 2017



--Par Rebelles de Louis-Riel

Il porte fièrement la feuille d’érable d’Équipe Canada, il est l’un des fondateurs du programme sports-études innovateur de l’école secondaire Louis-Riel et il ne passe pas un seul instant sans penser à l’entraînement de ses joueurs. Vous cherchez François St-Denis? Ne cherchez pas plus loin : il est sur le terrain de volleyball.

En vingt ans de carrière, St-Denis a entraîné au moins 3 équipes, sinon plus, pendant chaque année scolaire. Ajoutez-y du volleyball communautaire et cela fait souvent 4 périodes d’entraînement par jour pendant la saison.  L’été, il est entraîneur au niveau régional, provincial ou national, et il y a le volleyball de plage en plus.

« Sauf une semaine ou deux en août, je passe presque tout mon temps à entraîner mes joueurs », souligne St-Denis, qui remercie sa femme Tammy de son soutien. En effet, elle consacre des heures et des heures à l’administration et est entraîneuse elle-même. « C’est beaucoup de travail, mais je pense que nous avons aidé un grand nombre de jeunes. »

Ce diplômé de l’école secondaire L’Escale a pratiqué une foule de sports lorsqu’il habitait Rockland : le soccer, la course à pied en terrain libre, le volleyball, le basketball, le badminton, le tennis, le hockey et l’athlétisme pour n’en nommer que quelques-uns. Il s’est lancé dans l’entraînement d’autres joueurs alors qu’il était moniteur de tennis.

« Pour être honnête, je ne sais pas vraiment pourquoi j’ai choisi le volleyball. J’aimais tous les sports, précise St-Denis, qui s’est mis à enseigner à L’Escale en 1997, soit une saison après avoir géré l’équipe masculine de volleyball majeur à l’occasion de son premier match à la Fédération des associations du sport scolaire de l’Ontario. Je dois avouer que j’adore ce sport. Pour moi qui enseigne les sciences et les maths, le volleyball est un sport très structuré, car il se fonde sur les statistiques et comporte des répétitions. »

La passion qu’a développée pour l’entraînement ce diplômé de l’Université d’Ottawa en sciences de l’activité physique résulte de ses études en biomécanique, en psychologie du sport, en nutrition et en physiologie du sport, sans oublier de sa pratique de nombreux sports.

« J’adore lire, avoue St-Denis qui dévore les théories de la NCAA et des entraîneurs légendaires. Si je fais quelque chose, ce n’est pas simplement parce que mon instinct me dit de le faire. Non, pour moi, il est important de mener des recherches et, à la lumière de ces recherches, de créer mes propres notes, mon propre plan et ma propre vision. »

Avec l’aide de son président Kerry MacLean, St-Denis a contribué à fonder en 2003 le révolutionnaire programme de haut niveau du club local de volleyball appelé Maverick. Lorsque Volleyball Canada a présenté son Modèle de développement à long terme des athlètes en 2005, ses lignes directrices étaient pratiquement identiques à celles que Maverick avaient mises en œuvre à la suite de ses recherches.

Le secret de la réussite pour l’entraîneur, et pour ses athlètes, c’est de travailler dur, loin des feux de la rampe, souligne St-Denis, qui a remporté plusieurs succès au cours de toutes ces années. En effet, beaucoup de ses jeunes ont fini par jouer dans des ligues universitaires et certains vont jusqu’à représenter le Canada dans des matchs internationaux.

De plus, après avoir obtenu en 2003 sa première palme de la Fédération devant des rangées pleines à L’Escale, il a récolté des palmes provinciales pendant qu’il entraînait ses deux fils – Alexandre et Maxime qui étudiaient à Louis-Riel – d’abord au niveau club en 2014, puis avec les Rebelles en 2016.

« C’était comme un film d’Hollywood », se remémore St-Denis en évoquant le triomphe de son équipe au niveau club. Partie d’un déficit de 8-4, elle a fini par l’emporter 18‑16 sur les favoris du tournoi. Il s’agissait de sa quatrième victoire par le minimum en 10 parties.

« On travaille tellement fort avec les autres jeunes et on espère pouvoir le faire aussi avec ses propres enfants, ajoute-t-il. Cette année, nous avons travaillé ensemble à la Fédération, lorsqu’ils étaient en 11e et en 12e années. Je crois que ce sont mes deux plus beaux souvenirs. »

Mais, comme Tom Brady qui a remporté 5 fois le Super Bowl, St-Denis déclare que sa palme préférée, c’est sa prochaine.

« On dirait que j’ai toujours besoin de me dépasser », explique cet ancien entraîneur de la région 6 et d’Équipe Ontario aux Jeux d’été du Canada.

L’été dernier, St-Denis a décroché son premier travail d’entraîneur au sein d’Équipe Canada : il est devenu assistant de l’équipe nationale junior masculine. Les premières épreuves de sélection ayant eu lieu une journée après que l’équipe sénior masculine du Canada se soit qualifiée pour les Jeux olympiques, la salle de classe s’est vite remplie de joueurs vétérans de l’équipe nationale qui discutaient de la stratégie à adopter.

« J’y ai appris une foule de choses, raconte St-Denis qui, du 14 au 22 mai, entraînera l’équipe canadienne à la Coupe panaméricaine U21 à Fort McMurray. Tout le monde a un point fort ou une idée que j’aimerais prendre. »

C’est pourquoi plusieurs athlètes portent la marque St-Denis et profitent de la sagesse qu’il leur a inculquée, notamment Thierry Lavigne, ancien joueur à L’Escale et à l’Université Laval, qui a emporté un prix à la Fédération en sa qualité d’entraîneur à Franco-Cité le même jour que les Rebelles ont gagné en décembre. Lorsque St-Denis assiste aux tournois, il aperçoit plusieurs de ses anciens élèves maintenant devenus entraîneurs.

« Je suis très fier d’eux, affirme St-Denis. Lorsque je suis leur entraîneur, je leur dis que, pour moi, les résultats et les médailles ne comptent pas vraiment. Je vais échanger toutes les médailles contre le dernier tournoi de l’année et donc toutes les médailles contre une médaille de la Fédération. J’ajoute : Je vais échanger toutes ces médailles si tu joues au niveau supérieur, puis échanger tous les résultats que tu auras obtenus à ce niveau si tu continues à jouer au collège et à l’universitaire et si tu obtiens ton diplôme.

Ensuite, je vais échanger tout cela si tu continues de jouer aussi longtemps que tu le peux ou si tu aides les autres dans le sport.

Lorsque je les rencontre, je leur exprime ma gratitude et ma satisfaction. Nous nous assoyons et nous discutons ensemble. D’ailleurs, beaucoup d’entre eux viennent encore me demander des conseils. Je dirais que c’est là le véritable salaire de mon labeur. »

Keep up to date!     Newsletter RSS feed Facebook Icon Twitter Icon

Bytown Storm Kids of Steel Series

For advertising inquiries, download our Advertising Guide or call (613) 261-5838.

TEAM OF THE MONTH



Maverick Mustangs 18U Boys’ HP Volleyball Team


Know someone who should be Star of the Month? Nominate them