Le programme de hockey aide ses joueurs qui ciblent des bourses

LRgirlshockey.jpg

Nadia Fornier & Jasmine Nolan.

Par Ottawa Sportspage, Pour École secondaire publique Louis-Riel

L’entraînement peut devenir intense, mais c’est exactement ce que souhaitent Jasmine Nolan et Nadia Fournier. Les coéquipières des Lady 67’s Midget AA d’Ottawa et les membres du programme de hockey sports-études de l’école secondaire publique Louis-Riel aiment ce style de vie qui les prépare au prochain niveau de hockey.

« C’est une chance énorme, souligne Jasmine, l’étudiante-athlète de l’année de son école à plusieurs reprises.  Je ne connais personne d’autre qui peut profiter de tout cela. »

« Cela » est le programme sports-études, qui permet aux étudiants de recevoir un crédit d’éducation physique tout en s’entraînant dans une atmosphère de haute performance, et ce pendant une partie de la journée scolaire. Le programme comprend l’accès au Dôme multisports de première classe de l’école Louis-Riel, des entraînements personnalisés avec Jean-Robert Léger, qui a œuvré au cours des dernières années auprès de plusieurs joueurs de hockey de l’Est qui ont réussi à atteindre les ligues professionnelles, incluant le diplômé de Louis-Riel, Erik Gudbranson, des Canucks de Vancouver – et, pour les participants au programme de hockey, les transports en autobus pour des pratiques sur la glace qui ont lieu trois après-midis par semaine.

« Au sein d’autres équipes, on travaille plus sur les systèmes et sur le travail d’équipe, alors qu’ici, nous ne sommes pas une équipe en sports-études, c’est plus individuel, nous travaillons plus sur nos compétences, ajoute Jasmine. C’est un autre aspect important, mais parfois avec notre équipe, c’est impossible de le faire. »

Les joueurs de hockey de l’école Louis-Riel travaillent sur la glace avec l’entraîneur-chef des Nationals de Rockland, Dan Sauvé, et Mark Dregas, qui a récemment permis à l’équipe féminine de hockey les Rebelles d’obtenir quatre médailles consécutives de la Fédération des associations du sport scolaire de l’Ontario, dont un titre en 2014.

« L’un de nos entraîneurs est un entraîneur de junior A. C’est incroyable, dit Nadia à propos de Sauvé. Cela nous révèle le point de vue des jeunes qui ont atteint ce niveau. »

Nadia et Jasmine ont toutes deux accepté de relever ce défi et de prendre part aux séances d’entraînement contre les joueurs masculins de sports-études, tout en appréciant les relations qu’elles ont développées avec les autres filles du programme.

« C’est spécial, signale Jasmine, une élève de 10e année. Au début, je ne connaissais personne. Mais après les avoir côtoyés tous les jours, avoir travaillé avec eux et pratiquer avec eux, nous avons créé des liens. Nous sommes vraiment de bons amis. Nous sommes toujours ensemble et nous nous aidons les uns les autres. »

Comme beaucoup d’autres dans le programme, Nadia et Jasmine cherchent toutes deux à suivre les traces de plusieurs anciennes diplômées de Louis-Riel, comme Kimiko Marinacci, défenseure des Tigers de Princeton, et à obtenir une bourse d’études postsecondaires en hockey.

« C’est l’une des principales raisons pour lesquelles je fréquente cette école, ajoute Nadia. Je constate que le travail acharné quotidien peut m’aider à atteindre mes objectifs, à être plus forte et à être remarquée sur la glace. J’estime que cela me prépare pour l’avenir, pour mon entrée à l’université, à jouer au hockey universitaire et à poursuivre mes études. »

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s