Rockin Rebelles Wrap: Une joueuse des Rebelles en route vers l’équipe universitaire de volleyball du Rouge et Or

Print

–Par Ottawa Sportspage, pour les Rebelles de Louis-Riel

Bien que son travail de passeuse soit de garder le ballon aussi stable que possible, Elly Cavan est avant tout une véritable amatrice de volleyball.

« J’adore l’énergie et la fluidité du jeu lorsque toutes les joueuses travaillent en équipe », explique la jeune diplômée de l’école secondaire Louis-Riel. « J’aime compétitionner avec mes coéquipières et célébrer avec elle après avoir marqué un point. »

La passion d’Elly Cavan pour le volleyball a débuté en 7e année grâce au programme sports-exploratoires de l’école secondaire Louis-Riel. Maintenant prête à se joindre au Rouge et Or de l’Université Laval, Elly affirme que son succès réside en grande partie dans les quatre années qu’elle a consacrées au programme Sports-études de l’école Louis-Riel.

« Je pouvais venir à l’école et m’entraîner aussi souvent que je le voulais », souligne Elly, qui était heureuse de pouvoir faire son entraînement physique pendant les heures de classe et bénéficier de plus de séances d’entraînement que les coéquipières de son club de volleyball. « Bénéficier de cet avantage était génial et m’a permis d’améliorer ma confiance en moi. »

LRcavan2_web

Elly Cavan.

Elle ajoute que peu d’écoles secondaires ont la chance d’avoir un entraineur d’Équipe Canada qui les accompagne quotidiennement. Le directeur du programme de volleyball de Louis-Riel, François St-Denis, a été l’entraineur du programme de l’équipe nationale junior et, en juillet, a permis à Équipe Ontario d’obtenir un titre lors de la Coupe Canada.

« C’est une bonne chose pour moi », souligne Elly. « C’est un très bon entraîneur au niveau technique. Il me pousse à travailler constamment sur les choses que je dois améliorer. Je ne vais pas au gymnase seulement pour m’entraîner. J’y vais pour focaliser pleinement et pour m’améliorer. »

« Il est intense et honnête, mais c’est un aspect positif qui m’a beaucoup aidé au fil des ans. »

François St-Denis prend également le temps d’enseigner les compétences de vie en plus des compétences sportives, souligne Elly.

« J’ai appris à sortir de ma coquille », note-t-elle. « Il m’a appris à être une meilleure coéquipière, un exemple pour mes paires et une meilleure personne. »

Même si François St-Denis ne sera pas présent tous les jours cet automne à l’Université Laval, Elly pourra toujours faire appel à l’une des mentores de Louis-Riel — Claudia Besner, une autre diplômée de Louis-Riel, qui entamera sa quatrième année avec l’équipe de volleyball du Rouge et Or.

Elly est impatiente de devenir une athlète universitaire dans l’une des institutions sportives les plus reconnues au Canada et espère jouir d’une atmosphère semblable à celle de ses études secondaires.

« C’était toujours motivant de voir différents types d’athlètes lors des séances d’entraînement », indique Elly, qui était amie pendant ces études à Louis-Riel avec certains des meilleurs sauteurs à la perche et skieurs alpins du Canada. « Je pouvais voir les qualités qu’il fallait pour atteindre les plus hauts niveaux dans le sport. »

L’ancienne joueuse du Maverick d’Ottawa et du club Fusion est ravie de pouvoir continuer à pratiquer le sport dont elle est tombée amoureuse au secondaire.

« C’est devenu ma vie : je joue au volleyball, je m’entraîne tous les jours », explique Elly. « Je ne peux pas imaginer arrêter de jouer, ce sport fait partie de ma vie. »

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s