De jeunes golfeurs de Louis-Riel font parler d’eux grâce à Marc Blais, vétéran du golf professionnel

LRgolf-blaisPar Ottawa Sportspage, pour les Rebelles de Louis-Riel

Au pic de sa carrière, Marc Blais frappait 1 000 balles de golf par jour. Le diplômé d’Edison College (maintenant Florida Southwestern) à Fort Myers (Floride), alors en tournée professionnelle dans cet État, essayait d’émuler Greg Norman et Ben Hogan.

« Je ressens aujourd’hui le poids des années dans mon corps », dit en souriant le directeur du programme de golf à l’école secondaire Louis-Riel, âgé de 50 ans. « Il est vraiment difficile d’arriver à vivre de ce sport, mais ce fut une expérience inoubliable que je veux aujourd’hui transmettre à ces jeunes. »

Agent immobilier pour plus de 15 ans, le golfeur est bien connue sur la scène locale de golf.

« J’ai grimpé tous les échelons possibles dans ce sport – directeur générale, professionnel en titre, joueur professionnel, professionnel enseignant – mais ce que j’aime par-dessus tout, c’est d’enseigner », souligne l’entraîneur, fort d’une expérience de 25 ans, qui vient d’abandonner sa carte de l’Association canadienne des golfeurs professionnels afin de pratiquer ce sport en amateur avec son fils.

« C’est une vraie passion pour moi de travailler avec des enfants de tout âge », ajoute-t-il.

« Je me rappelle la toute première leçon que j’ai donnée – je n’étais encore que joueur junior – et je me souviens encore du sourire qu’arboraient mes élèves quand ils réussissaient. »

Principal responsable du programme de golf de Louis-Riel depuis 2016, le golfeur vétéran maintient des contacts étroits avec ses anciens collègues, ce qui a ouvert la porte à ses élèves et leur permet de jouer et de s’exercer sur les terrains de GreyHawk et d’Eagle Creek de ClubLink, en plus de celui de Pine View.

Le programme sports-études particulier de Louis-Riel permet aux golfeurs de s’exercer sur le terrain trois fois par semaine pendant les heures de classe au printemps et à l’automne, et de jouer 18 trous en compagnie de Marc Blais.

« C’est une bonne façon de s’améliorer », précise ce natif de Kapuskasing (Ontario). « Si j’avais 14 ou 15 ans et que je pouvais jouer chaque semaine avec un golfeur professionnel, je pense que mon jeu connaîtrait une progression très marquée et très rapide. »

Pendant l’hiver, le plus grand dôme sportif au Canada (sur le terrain de l’école) est mis à profit pour le programme de golf de Louis-Riel, ce qui permet aux joueurs de s’exercer à maîtriser les techniques de base. La performance intellectuelle, la préparation pour les tournois, la planification de la saison, la nutrition et la condition physique (sous la direction de l’entraîneur de l’école) font également partie du programme.

La méthode est reconnue pour avoir produit un grand nombre de bourses d’études et de golfeurs affiliés à un établissement scolaire, tant au Canada qu’aux États-Unis : récemment, Jocelyn Ménard, diplômé en 2019, s’est joint aux Saints de l’Université Maryville à Saint-Louis.

« Un grand nombre de nos élèves bénéficieront de bourses d’études pour entrer à l’université, ce dont nous serons très fiers », affirme Marc Blais. « Mais, ce n’est pas ce que nous visons pour chacun d’entre eux. Certains deviendront des entrepreneurs, des médecins, des avocats, des plombiers ou des électriciens. Ils seront de grands citoyens du monde.

Ils seront également d’excellents golfeurs, qui auront des tas d’amis toute leur vie. J’espère qu’ils n’arrêteront jamais de jouer. »

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s