Héros locaux : Entraîneur de patinage artistique Darlene Joseph

Une célébration des personnes spéciales, qui s’occupent de notre communauté sportive

Council, Councillors, Head Shot, Official, Portrait, Mathieu Fleury

Mathieu Fleury

avec le Commissaire du sport de la ville d’Ottawa, Mathieu Fleury

La première fois que Darlene Joseph est rentré dans une patinoire — suivant de près ses parents, qui amenaient son frère au hockey — elle savait que c’était une place où elle passerait beaucoup de temps.

Ce « combien de temps » a été rapidement déterminé quand la jeune fille a commencé le patinage artistique.

Après des années de compétition — même avec son ami et collègue patineuse artistique et médaillé d’argent olympique, Elizabeth Manley — Joseph visite le monde, en performant sur « Holiday on Ice » et « Disney on Ice », avant de revenir à Ottawa en 1984.

Mais les compétitions et des performances de patinage artistique n’étaient pas finies. Après 50 ans, depuis sa première entrée dans une patinoire, elle continue de se montrer — mais comme directrice du club de patinage de Gloucester.

fleury-Darlene_Joseph-web

Darlene Joseph.

Joseph a réalisé son rêve et a commencé à entraîner de jeunes patineurs, d’un enfant qui veut virevolter à un qui se rend jusqu’aux Olympiques.

Une rare opportunité d’entrainement apparut, et Joseph a dit qu’il ne l’a pas loupé — le reste se raconte à travers l’histoire.

« J’ai toujours su que je voulais devenir entraineur », dit-elle.

Cette année, Joseph fête ses 31 ans comme coach — une chose que la plupart des jeunes patineurs artistiques ne rêveraient jamais, mais en fait, pour Joseph, elle s’est rendu compte assez rapidement que ça pourrait être une de ses forces.

« Étant loin du sport de manière compétitive (Disney on Ice), j’ai une meilleure perspective en revenant — j’étais plus mature. Comprendre que les enfants sont des enfants et qu’ils peuvent réaliser les choses à leur propre rythme. »

Après des années, son amour pour le sport n’a jamais baissé, au contraire elle l’aime plus.

« Notre sport — bien qu’il puisse être sévère, construit une résilience et une détermination. Et cela me donne la motivation pour être le meilleur entraineur. Je veux dire, j’ai une carrière que j’ai travaillée pour avoir et c’est quelque chose que j’aime. C’est assez extraordinaire, n’est-ce pas ? »

Et la meilleure chose ?

« Les enfants. Je fais ça pour les enfants », dit-elle. « C’est tellement récompensant de les regarder faire le premier saut ou le premier triple axel. Le fait que je sois capable d’être une partie de ce parcours est tellement gratifiant. »

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s